Retour de Playa del Ingles

Tout a une fin, c’est connu, sauf du crucifié qui a cru bon de revenir après que le rideau soit tombé en même temps que la nuit. Ici bas tout s’arrête un jour, c’est la règle, enfin presque. Il y a bien quelques trucs qui persistent comme les impôts, la connerie, le fascisme, le racisme, les putes et les flics, les appels téléphoniques intempestifs mais aussi les Bourgognes Monthélie et les Visans de Robert, l’entrecôte marchand de vin, les spaghettis bolognaises, les rognons de porc et le fromage de tête …

Donc nous sommes rentrés.

Mais vous ne saviez même pas que nous étions loin d’ici (et aussi de là d’ailleurs) alors retour sur l’événement.

C’est vers les alentours du 15 septembre que, munis de nos boarding cart nous franchissions par une nuit sans lune, le contrôle drastique de l’aéroport de Mulhouse/Basel/ Freibourg. Peu après nous étions installés (7A/7B) dans l’Airbus en direction de Gran Canaria. Oui ! Encore … cinquième période dans le même hôtel à Playa del Inglés, chambre 210, vue sur la piscine.

Pas d’étonnements, on est rodé, sauf que le bus 66 n’est plus là où on l’attend. Mais bon, on est vite installé et nous retrouvons nos marques laissées lors des précédents séjours. Grande chambre, grand salon, belle terrasse, ciel bleu. Nous ne reviendrons pas sur la plage, sur la mer si douce et bonne, sur les promenades, sur la multitude d’hôtels, de villas et surtout de teutons vociférant, beuglant, meuglant, dégoulinant, s’empiffrant en compagnie de bataves.

Rapidement, nous avions retrouvé le chemin du bar et c’est là que nous faisons connaissance avec Fredo, un ami alsacien. Le lendemain et quelques verres plus tard, c’est Patrick (belge) qui se joignait à nous pour de « small whiskys with big ice » jusqu’à la fermeture, hélas prématurée, du bar. La petite équipe se constitua ainsi et nous allâmes sur les routes de l’île dans la superbe décapotable blanche, comme des gamins en goguette, parcourant marchés ou ruelles et quais pour finir près de la piste de danse et rentrer, saoulés de musiques teutonnes, sous un ciel étoilé que la lune éclairait.

Pour autant, si Fredo et Patrick couraient matinalement, je préférais pédaler en après-midi, réservant le matin à la mer et la plage. Descendu du vélo elliptique j’allais au sauna, au hammam avec Annie afin d’être en forme pour attaquer la soirée qui débutait par un passage obligatoire vers 19 heures au bar … Le vieux serveur triste des années dernières n’est pas là et nous avons le bonheur d’être servis par une charmante fille,  et par un type costaud et souriant, ça change. On cause de choses et d’autres, des gens présents, des piliers de bar, des percés (de partout!) des gamins qui se roulent de pelles, de la qualité des repas proposés …

Quand on ne boit ni ne mange, quand on n’est pas allongé sur le sable ou les transats des terrasses, quand le soir on ne passe pas des heures dans les boutiques à choisir un parfum nouveau, on lit, au lit aussi bien qu’ailleurs … 6 bouquins entre deux avions.

Le 25, surprise, une bouteille de champagne nous attend dans la chambre. Nous féterons mon anniversaire avec nos amis, une coupe à la main, devant le spectacle du soir.

Irons nous à Playa del Ingles l’année prochaine ? La question se pose. Retournerons nous dans le même hôtel ? Je crains fort que non, même si le service est correct. Je vais me permettre de conseiller le patron de Bull : Faut que je te présente Jean-Charles ! Il va te foutre un coup de peinture, te rénover tout le bazar et le nettoyer de ses chats et ses cafards, te remettre en service tout ce qui tombe en désuétude, en décrépitude et se délabre, se dégrade pour t’éviter l’agonie qui finira par avoir raison des vieux murs de l’hôtel.

Publicités
Cet article a été publié dans balade, Divertissement, photographie, photos, Restauration, Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s