Généalogie

Avoir de bons yeux pour déchiffrer les écrits des curés de campagne qui tenaient les premiers états-civils, repérer et corriger les diverses fautes et erreurs, voici entre autres le lot quotidien de la recherche généalogique. Les rédacteurs des actes des baptêmes, fiançailles, mariages ou décès n’étaient pas très pointilleux sur l’orthographe des noms ou sur les prénoms parfois composés. Ainsi, et pour l’exemple, si à son baptême, la petite fille était inscrite Marie-Thérèse fille légitime de Lucien Mangin, elle pouvait se marier sous le nom de Marie-Thérèse Mengin avec un « e » et mourir Thérèse Mangin  …  Ils ne partageaient pas tous l’art des belles écritures, tout au contraire. Par moment je me demande s’ils pouvaient se relire eux-même. Les registres sont raturés, tachés, l’ancre disparue ou au contraire abondante et s’étale … Autre danger : le risque de confusion de génération car, si la mode actuelle est aux prénoms prétendument « originaux » comme Léo, Léa, Chan ou Pakita ou mieux encore Clitorine ou Prépus … histoire de se démarquer …, nos anciens, eux aimaient à transmettre un prénom comme un héritage. De ce fait, nombre d’enfants portaient le prénom du père ou de la mère et ce sur des générations …

Bref, la généalogie est une enquête digne des Nestor Burma et Hercule Poirot. C’est ce qui en fait tout l’intérêt.

étude généa

Publicités
Cet article, publié dans Divertissement, Hobbies, souvenirs, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s