Crimes et délits

La faute à Nono.

C’est en lisant son journal préféré que Nono découvrit qu’il se passait des choses pouvant retenir notre attention aux Archives municipales de Remiremont. « Haut les mains ! » est le titre de l’exposition qui va durer jusqu’au 8 juin. Elle se tient aux Archives municipales dont on ignorait encore tout avant d’en franchir la porte, face à la mairie, dans ce que l’on connu il y a trop longtemps, Nono et moi, comme étant l’ancienne gendarmerie. Elle se veut être une vitrine sur les crimes et délits dans la ville depuis ses origines moyenâgeuses jusqu’à la Belle Époque c’est à dire avant la notre, d’époque …

On monte au premier étage par un ascenseur moderne et on franchit le seuil. En face de nous une porte indique de c’est par là la visite. Sur notre droite une autre vaste salle avec une longue table en son milieu, des chaises tout autour et aux murs des étagères avec pas mal, mais pas trop, de vieux bouquins reliés. Au font une énorme liseuse de micro-films rescapée de la Stasi sans doute … Derrière un comptoir on aperçoit deux yeux et un sourire à qui l’on s’adresse. La jeune femme vient à notre rencontre et nous informe de la présence des archives et autres bibliothèques sauvegardées et remisées ici même. Probablement n’a-t-elle pas souvent le loisir de rencontrer des visiteurs, encore moins de lecteurs à priori. Pourtant elle est fort impliquée et raconte avec un vif intérêt ce qu’on peut trouver derrière les murs des Archives municipales. C’est parfait et me donne envie de poursuivre dans cette salle déserte mes recherches concernant Félix, et ce dès l’hiver prochain, en parcourant les journaux locaux pour commencer. Pourquoi ne pas étoffer aussi le travail de mémoire réalisé cet hiver avec Michel, sur la famille Thomas, en ponctuant le récit d’anecdotes et de tableaux historiques ?

avant l’exécution, avec le panier ouvert qui attend Zuckermeyer

Pour l’heure nous sommes là pour visiter alors on entre dans une salle de 20 m2 à tout casser avec quelques présentoirs vitrés renfermant des livres anciens à l’écriture indéchiffrable heureusement pour nous accompagnés d’une synthèse explicative. Plus loin de hautes affiches présentant les justices différentes selon les époques et les lieux, une autre sur des délits où l’on apprend qu’ils n’étaient pas tendre les anciens. Par exemple, saviez-vous (nous non) qu’ils enterraient vivantes les femmes accusées d’infanticide, que les présumées sorcières, en derniers recours et puisque la justice était divine (…) étaient soumises à la questions simple et extraordinaire ! Comble de l’horreur : une photographie représente des chasseurs en uniforme (des militaires, pas des gros qui flinguent les lapins) attablés devant une soupière dans un café anti-alcoolique !

Zuckermeyer a perdu la tête, il va être conduit au cimetière

Sur la première table, en entrant, sont posées des reproductions d’époques d’un article de presse consacré à Aloïs Zuckermeyer condamné pour le viol et le meurtre d’une fillette de 7 ans et guillotiné le 8 février 1899 par Anatole Deibler sur la place de la Tour carrée. Je lis que le corps est immédiatement après versé dans un panier d’osier, transporté au cimetière où une tombe creusée à plus de deux mètres de toute autre l’attend. On l’allonge (avec du mal) dans un cercueil en sapin, la tête entre les jambes et il disparaît sous terre. C’était un des premiers raccourcis comme exécuteur en chef des hautes œuvres par l’Anatole qui compta 299 têtes à son actif. Le bonhomme avait de qui tenir puisqu’il succédait à son père et commença sa vie auprès de la « veuve » le 8 septembre 1885 à peine âgé de 22 ans. S’en suivirent 54 années au service de la « bascule à Charlot » étêtant 395 condamnés dont Ravachol et Landru …

Une heure plus tard, parce qu’on est curieux et que la visite est hyper courte on est au soleil. On se dirige vers les arcades pour rejoindre les nanas qui sont alors en train de nous choisir des caleçons …

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Actualités et politique, balade, bon plan, Divertissement, Hobbies, information, Insolite, Livres, souvenirs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Crimes et délits

  1. Lorane dit :

    Mes archives à moi, c’est Hondelatte… Je podcaste ses émissions sur le site d’Europe 1, je télécharge, et zou Ze bluetooth is magic : je vais au boulot pendant que Marie Besnard est en prison, ou que de Broglie est assassiné… Il raconte des histoires qui remontent parfois au XIXe siècle ! C’est super, dans les bouchons…

  2. dany dit :

    La fille écrit aussi bien que son père…( bon je ne comprend pas tout le langage podcaste ect …)..je confirme on a trouvé des caleçons , et tout s est terminé en terrasse au soleil…!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s