Visite de chantier


Février 2010

Jean-Marie construit un dériveur derrière chez lui, dans un chantier naval encombré. Plus de onze mètres de long sur presque quatre au plus large, le bateau ne ressemble, après dix années d’efforts, qu’à un tas de ferraille rouillée sous des bâches et des tôles au milieu d’un désordre de chute de cornières, bouts de ferrailles diverses et autres tôles.

théorie des ensembles

Ce matin, je me suis rendu chez Jean-Marie. D’apparence rien n’a changé depuis l’été denier. Il faut entrer dans l’espace, pénétrer dans le monstre, se laisser avaler et découvrir les entrailles de la bête en sommeil pour comprendre que le projet avance. Des détails qu’il me fait observer ici et là. Une fixation pour l’ancre arrière, les alvéoles pour le lest (deux tonnes de plomb à couler sur place !), le problème d’équilibrage du navire, les hublots tracés, prêts à être découpés et pleins d’autres trucs encore. L’espace pour le moteur, l’échappement, le refroidissement ou encore le siège télescopique pour piloter de l’intérieur … d’autres éléments de réflexion qui nous semblent improbables comme l’isolation phonique à cause du clapot des vagues au mouillage ou l’évacuation de l’eau du puits de chaînes et de la condensation …

salle à manger de JM bien encombrée

les couchettes avant et arrière, l’isolation thermique, les milliers de trous percés et taraudés en attente ou en réserve ! Tout ce travaille est invisible de l’extérieur quand on arrive sur le chantier. Il faut monter à l’échelle à l’arrière du bateau pour remarquer ici une fixation, là une autre, plus loin un taquet, un renvoi ou une poignée de maintien. Descendu dans la coque par l’échelle provisoire, ce qui étonne ce sont toutes les ferrailles, les cornières, les plats qui dessinent une forêt froide et hostile. On marche sur les arrêtes des tôles qui découpent le fond en alvéoles destinées à recevoir le plomb, sur des planches posées pour permettre un pseudo passage. On évoque le cheminement depuis l’école des arts et métier qu’il fréquenta dans sa jeunesse.

démonstration in situ

Il y appris les métaux, la fonte, l’usinage au tour ou à la fraise, on lui enseigna également la soudure, le travail du bois pour réaliser les moules pour fondre les
métaux et tant d’autres sciences toujours présentes en son esprit. Sciences qu’il met en œuvre depuis dix années et dont on verra bientôt le résultat final.

l’intérieur du navire

Après les renseignement techniques in situ, Jean-Marie a préparé une parie théorie. Nous pénétrons (j’étais avec un ami : Ghislain) chez lui, dans la salle à manger. Elle porte ce nom par habitude, le buffet, la table et le reste du mobilier tendent à confirmer qu’il y séjourna pour recevoir à dîner amis ou famille. Aujourd’hui c’est une sorte de remise technique. Le chalumeau oxydécoupeur, la presse, des câbles, un carton de disques à découper de tous diamètres usés et tout un capharnaüm encombre le lieu. Sur une vitrine, une maquette de trois mâts …

Dans la cuisine, sur la table, quelques feuilles sur lesquels on lit des formes  géométriques carrées avec des trais d’axe, des cotes, des formules, des graphiques. Voici maitre jean-Marie qui tente de nous expliquer comment calculer pour son bateau le centre métacentrique, ou de gravité ou de carène ou le rapport métacentrique … la soudure de l’inox avec adjonction de chrome et de nickel ! Nous proposons de remettre la leçon à plus tard et prenons date pour venir le voir lors de l’opération de sablage et de peinture, au printemps, dans quelques semaines. D’ici là, il continuera à peser, calculer et optimiser chaque pièce du puzzle géant qui lentement devient un rêve où on se cogne la tête.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s